Jul
04
2016

Relevé au scanner laser et documentation 3D sans CAO

Grâce à toute une série de nouveautés, FARO élargit les possibilités de la numérisation laser 3D. La tendance est de ramener les nuages de points au centre des applications de documentation.

Numériser sur site et avoir immédiatement un nuage de points recalé sur l’ordinateur portable, c’était depuis longtemps le vœu des experts de la numérisation laser 3D. Au lieu de cela, on devait pour une heure de travail sur le terrain prévoir une certaine quantité de travail de bureau afin de générer des données utilisables à partir des données scannées. La société FARO a désormais rendu possible le recalage sur le terrain. Avec le nouveau FARO® Scan Localizer, il est désormais possible de recaler les scans sur site en temps réel et de générer ainsi un nuage de points avec l’équipement disponible sur le terrain.

Solution complète de cartographie et de recalage scan localizer de faro

Le FARO Scan Localizer est fixé sur le trépied. Il réalise une mesure horizontale à 180 degrés qui sert au positionnement en temps réel dans les locaux intérieurs.

 

Le produit supplémentaire intégré dans le trépied du scanner laser Focus3D effectue en continu des scans en 2D et scanne l’environnement de mesure dans un profil horizontal à environ 180 degrés. La portée de mesure peut aller jusqu’à 20 mètres. On obtient ainsi une sorte de profil de référence avec l’aide duquel les différents scans sont recalés pour former le nuage de points. On utilise ici la méthode de recalage appelée Nuage/Nuage (en Anglais Cloud-to-Cloud) et qui existe déjà depuis deux ans environ dans le logiciel SCENE de FARO. « Elle rend les repères de référence superflus pour les zones de chevauchement dans les locaux intérieurs », explique Oliver Bürkler, Directeur de la Gestion des Produits FARO. Ceci devrait notamment apporter des avantages en matière d’efficacité pour les projets comprenant un nombre élevé de relevés individuels. « Nous partons du principe qu’à partir de 15 scans, les avantages sont déjà significatifs en termes de coûts. Par exemple pour les opérations de relevé de locaux intérieurs pour lesquels on fait souvent plus de cent scans, l’appareil est indispensable », Oliver Bürkler en est convaincu. Le FARO Scan Localizer coûte comme solution d’équipement complémentaire pour le scanner laser Focus3D de FARO (à partir de l’année de construction 2015) selon les informations de l’entreprise environ 15 000 euros.

 

Intégration de HDR

FARO a commercialisé toute une série de nouveautés qui améliorent encore la numérisation laser 3D. On trouve entre autres l’intégration de la photographie High-Dynamic-Range (HDR) dans le scanner laser Focus3D de FARO. Celle-ci offre la possibilité d’augmenter la résolution pour les photos avec de grandes différences de luminosité. La caméra HDR qui fournit dans les modèles Focus3D X 130 HDR et 330 HDR des photos en 170 mégapixels, comprend un contraste maximal allant jusqu’à quatre milliards pour un, ce qui signifie que les différentes zones de luminosité peuvent être affichées de manière optimisée pour être vues par l’œil humain (ce qui signifie en fait pour l’écran). Oliver Bürkler donne un cas pratique : « Les clients dans le secteur de la construction de tuyauteries peuvent ainsi déchiffrer aussi dans les pièces sombres même les plus petites plaques signalétiques qui sont en général très claires ».

FARO élargit les possibilités de la numérisation laser 3D

Les nouveaux modèles de Focus3D permettent de capturer même les plus petits détails avec une clarté inégalée

 

Une plus grande fidélité avec la réalité

Dans la nouvelle version 6 du logiciel de nuages de points FARO SCENE aussi, on voit au premier coup d’œil qu’il s’agit d’une nouvelle version de haut niveau. Car toute l’interface utilisateur a été revue et s’oriente désormais fortement vers les workflows typiques. L’accent est mis ici sur le maniement simple et efficace. Les opérations au sein de ce workflow sont divisées en étapes individuelles claires et s’assemblent de manière logique les unes avec les autres. Toutes les fonctions qu’offrait déjà la version précédente sont désormais présentées comme options de traitement lors des différentes étapes de traitement des projets. Ainsi, même les utilisateurs n’ayant aucune expérience technique préalable approfondie sont guidés simplement et rapidement. « Lors du développement des outils liés au workflow, nous avons défini des cas d’application typiques et les avons entièrement automatisés» raconte Oliver Bürkler. Le logiciel apporte ainsi une aide et guide quand des interventions manuelles sont nécessaires. Selon le responsable produits, « la formation reste minimale, ce qui signifie que le temps d’apprentissage pour les novices est extrêmement court. » Si on préfère l’ancienne interface utilisateur pour traiter des problématiques épineuses un peu pointues, on peut aussi repasser à tout moment à l’ancienne interface.

De même, la nouvelle technologie de rendu de SCENE 6 devrait être intéressante pour les utilisateurs. Elle donne aux surfaces de solides une qualité de visualisation encore meilleure sans qu’un traitement des données ultérieur ne soit nécessaire dans les applications de visualisation.
« Celles-ci sont désormais parfaitement réalistes », explique Oliver Bürkler. L’image en nuages de points typique devient ainsi un environnement de réalité virtuelle immersif total. De nouvelles fonctions permettent par exemple d’interpoler la densité des nuages de points sur les murs de façon à créer automatiquement des surfaces continues (Closed Surfaces) à partir des nuages de points qui ont à l’origine un quadrillage grossier (« à trous »). De même, les couleurs sont homogénéisées dans cette étape de telle sorte que les volumes ou les textures soient bien plus fidèles à la réalité. Cela signifie que les solides ne sont pas visualisés à l’aide de points de mesure isolés, mais comme des objets fermés fidèles à la réalité.

La fonction d'imagerie HDR et les photos haute résolution fournissent des résultats de numérisation fidèles à la réalité, dans le moindre détail, avec une qualité d'image spectaculaire.

Les « Closed Surfaces » sont les nouvelles fonctions de rendu de la version 6 actuelle de SCENE : à partir des points de mesure sont générés des volumes qui permettent d’optimiser la visualisation.

 

Toujours plus dans le cloud

Selon FARO, avec la toute nouvelle version du service d’hébergement en ligne SCENE WebShare Cloud, l’utilisation de tels nuages de points hyperréalistes n’est pas réservée seulement aux experts et est désormais via Internet nettement plus performante, simple et conviviale. Tous les membres d’une équipe peuvent ainsi simplement et rapidement accéder aux données de la documentation sans avoir besoin d’un logiciel ou d’un matériel spécial. Chaque fichier est alors codé séparément à l’aide des meilleurs mécanismes de cryptage actuels (AEC 256) si bien que la plus grande sécurité IT est garantie. Alors que ces dernières années beaucoup de clients étaient soit sceptiques face à ces applications Cloud pour des raisons de sécurité, soit les refusaient car craignant une absence de fluidité de la représentation en raison du traitement de grandes quantités de données, le Cloud est désormais de plus en plus utilisé selon FARO.

Les nuages de points peuvent en conséquence réaliser de nombreuses tâches en matière de documentation qui étaient jusqu’à présent réservées aux programmes de CAO. L’avantage : comme les nuages de points reproduisent des conditions sur place complexes, les clients peuvent se transposer virtuellement dans un environnement existant et comprendre les conditions sur place de manière plus directe. Ces propriétés servent par exemple aux gros clients de FARO comme le constructeur automobile Volvo qui effectue les relevés de toutes ses installations de production mondiales avec les scanners FARO et les utilise comme base pour d’autres planifications ou de nouvelles constructions. L’entreprise a ainsi exprimé l’avis que les nuages de points sont la base de toutes les applications de documentation, la CAO n’ayant plus que l’étape de planification virtuelle. Cette approche représente un changement de paradigme car il est aujourd’hui encore courant de transférer les nuages de points dans les modèles CAO. Ainsi le nuage de points peut être étendu avec des fonctions de CAO ce qui permet de développer un environnement IT de documentation 3D complet. Oliver Bürkler prévoit que les futurs développements de FARO seront basés sur ce concept.

 

Brochure laser scanner focus faro

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.



Blog

Toute l'actualité et les tendances de la métrologie industrielle et de la documentation 3D en français
Suivez-nous sur :

S’abonner au blog

Archives

Autres blogs FARO