May
21
2015

Pourquoi investir dans le prix d’un bras de mesure ?

Est-ce que des industriels ont un manque à gagner parce qu’ils ignorent l’existence du bras de mesure ?
La réponse est oui, sans le moindre doute. On peut citer deux situations extrêmes. La première est celle de ceux qui investissent dans des moyens de mesure traditionnels lourds, spécifiques, coûteux et difficiles à mettre en œuvre, alors qu’un bras de mesure ferait très bien l’affaire. Nous allons aborder cet aspect dans les questions suivantes.
La seconde situation est celle de ceux qui n’ont pas les moyens d’investir… et qui se débrouillent comme ils peuvent. Le plus souvent, ils font appel à de la sous-traitance et à des prestations externes, alors que l’investissement dans un bras de mesure serait très facile à amortir. Cette situation se rencontre assez fréquemment chez des industriels équipés de moyens de mesure traditionnels mais qui ne sont plus utilisables pour répondre aux nouvelles exigences de leurs productions, soit parce qu’ils ne couvrent pas toutes les gammes de mesure, soit parce qu’ils ne sont pas assez précis.
Il faut aussi penser à tous ces processus industriels où les pièces passent successivement sur plusieurs machines de production et où le contrôle de fabrication n’est fait qu’à la fin. Si les industriels concernés connaissaient l’existence du bras de mesure, ils pourraient aisément faire des contrôles intermédiaires, ce qui leur permettrait de repérer les non-conformités très en amont de la production, et de faire ainsi des économies substantielles…

 

Investir dans un bras de mesure

 

En contrôle de production, le bras de mesure se présente-t-il en alternative des MMT (Machines à Mesurer Tridimensionnelles) ?
Oui et non. Tout dépend de l’utilisation et de la précision recherchées.
Si on désire une incertitude de mesure inférieure à la dizaine de microns, la question ne se pose pas, le bras de mesure n’est pas concerné. Autre cas, si l’on doit faire un contrôle sur une fabrication de série, la MMT est mieux adaptée du fait de son fonctionnement automatique.
En dehors de ces applications, le bras de mesure est candidat, d’autant plus que le budget pour un bras de mesure de dernière génération est notoirement inférieur à celui d’une MMT de qualité. Et on bénéficie de tous les avantages que procure le bras de mesure en termes de simplicité d’utilisation et de portabilité.
En pratique, on rencontre un peu toutes les situations. Souvent, il fait office de machine à mesurer tridimensionnelle à part entière avec, en plus, la portabilité. Dans d’autres cas, il se présente en complément d’une MMT fixe, pour par exemple réaliser des contrôles inter-opérations de fabrication ou tout simplement pour seconder la MMT lorsque la taille de certaines pièces va au-delà des capacités de la MMT installée.

 

Lorsque le bras de mesure se présente en concurrent des MMT, quels sont ses points forts en termes de coûts ?
Il y a d’abord l’investissement initial, qui est nettement inférieur. Mais il y a surtout tous les coûts indirects liés à son utilisation.

 

Investir dans un bras de mesure

 

Quelles sont les économies faites sur les coûts indirects ?
Le bras de mesure permet d’abord de gagner beaucoup de temps et donc d’économiser de l’argent. La mise en œuvre d’un bras de mesure est quasiment immédiate, aucune programmation n’est nécessaire. De plus, il n’est pas nécessaire d’entreprendre de longues opérations pour mettre en place la pièce à contrôler. Sur les MMT, il est nécessaire de prévoir des gabarits et des brides pour que les pièces à contrôler soient toujours dans la même position alors que ce n’est pas nécessaire pour un bras de mesure (mais il faut, bien entendu, que la pièce soit solidement arrimée pendant le temps que dure le contrôle).
Autre gain de temps important : il n’est pas nécessaire de démonter la pièce de sa machine-outil pour la contrôler car le bras de mesure est mobile et peut donc aller contrôler la pièce directement sur la machine. Outre la portabilité, ceci est possible parce que le bras est utilisable dans des conditions climatiques très variables.
Ce n’est évidemment pas le cas des MMT. De plus, celle-ci ont le plus souvent besoin d’être dans une salle climatisée pour atteindre leurs performances et on sait que la climatisation peut représenter un budget important tant en investissement qu’en fonctionnement… Les MMT prennent aussi pas mal de place (et la surface au sol a un coût, ne serait-ce qu’en termes d’impôts…).
Ajoutons enfin que la mise en œuvre des MMT fait appel à un personnel qualifié. Le bras de mesure est au contraire utilisable par un personnel non spécialisé, donc d’un coût salarial inférieur.

 

Investir dans un bras de mesure

 

Quelles sont les principaux facteurs qui entrent en ligne de compte dans le prix d’un bras de mesure ?
Les bras de mesure se différencient avant tout par le volume de mesure couvert et leur niveau de précision. Il faut prendre également en compte les fonctionnalités. L’ajout d’une tête laser, de façon à effectuer des mesures sans contact, a évidemment un prix. Il existe aussi de nombreux accessoires de fixation, qui peuvent être nécessaires dans certains cas (bases de fixation magnétique, à dépression ou mécanique, trépieds par exemple).
Les prestations en formation et en maintenance (matérielle et logicielle) sont également à prendre en compte. Citons enfin le coût du logiciel de métrologie qui doit accompagner l’utilisation du bras.
Mais tout cela doit être jugée à l’aune des besoins et une des forces de FARO est sa souplesse pour proposer des solutions “à la carte” (tant en termes de logiciel que de support) bien calées sur les besoins du client. Prenons le contrat de maintenance. FARO préconise de faire une recertification tous les ans pour garantir que le bras maintient son niveau de précision. Mais si le bras n’est pas utilisé de façon intensive, s’il n’est pas sans arrêt en déplacement, s’il présente une précision très supérieure aux besoins présents du client, il est évident que la périodicité de la recertification peut être adaptée.
Autre exemple, le logiciel de métrologie : certains clients sont déjà équipés (en FARO ou par un éditeur indépendant), et dans ces cas-là, il n’est pas nécessaire d’investir dans ce domaine.
Il faut voir au cas par cas…
Ajoutons que FARO propose d’intégrer les coûts de maintenance au coût d’acquisition du bras pour les 3 premières années de manière a ce que le client dispose pleinement de son matériel sans aucun risque de surcoût pouvant apparaitre avant la fin de l’amortissement de celui-ci. Il faut aussi citer le service Premium qui prend tout son sens lorsqu’un client doit envoyer son bras en recertification : dans ce cas, FARO propose un bras en prêt, de sorte que la production peut se poursuivre sans interruption…

 

En savoir plus sur les bras de mesure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.



Blog

Toute l'actualité et les tendances de la métrologie industrielle et de la documentation 3D en français
Suivez-nous sur :

S’abonner au blog

Archives

Autres blogs FARO