Apr
30
2015

Des scanners laser pour grand volume : les fondamentaux

Plus rapides, plus précis et surtout beaucoup plus faciles, les scanners laser 3D ont tout. Alors qu’auparavant, on jonglait entre toutes sortes d’instruments de mesure durant des jours, des semaines voire des mois, la documentation d’environnements 3D complexes se fait quasiment en un temps trois mouvements. Bon, c’est un peu exagéré mais la différence entre les méthodes traditionnelles et les scanners laser 3D reste impressionnante. Et chacun commence progressivement à en prendre conscience.

les scanners laser 3D de FARO permettent d’effectuer des levers de bâtiments et d’installations de grandes dimensions efficacement

 

Tout-en-un
Un scanner laser réalise à lui seul la même chose que cinq ou plusieurs dispositifs de mesure traditionnels ensemble. Et il le fait même mieux. Les levers traditionnels étaient exécutés avec des mètres ruban en acier, des cordes à piano, des fils à plomb, des caméras numériques, des télémètres laser et des stations totales. Tout cela demandait beaucoup de main d’œuvre et de temps et fournissait la plupart du temps un millier de données individuelles. Une numérisation, par contre, enregistre en quelques minutes des milliers de points et élimine en plus les facteurs et erreurs humaines. Moins de soucis pour un meilleur résultat.

A la vitesse de la lumière
Tout comme les télémètres laser, les scanners laser fonctionnent sans contact. Le scanner laser envoie un faisceau de lumière infrarouge, enregistre l’énergie réfléchie vers le scanner et détermine ainsi la distance jusqu’à un objet et place un point dans un espace 3D. Cela est possible de deux manières : avec des systèmes temps de propagation ou des systèmes de déphasage.

Les systèmes de temps de propagation ou systèmes de mesure de pouls, basent leurs mesures de distance sur la vitesse de la lumière. Le scanner calcule la distance jusqu’à la surface en mesurant le temps qu’il faut pour que la lumière réfléchie soit renvoyée. Les systèmes de déphasage fonctionnent de la même manière, à la différence qu’ils ne mesurent pas la vitesse de la lumière mais la différence entre la fréquence des faisceaux émis et réfléchis. Ce système est en général encore plus rapide et plus précis que les calculs de temps de propagation.

Presque réel
Le secret d’un scanner 3D ? Sa tête rotative. Grâce à cette tête, le scanner peut balayer tous les domaines et enregistrer des millions de points de mesure  pour créer une image 3D. Plus le scanner tourne lentement, plus l’image est détaillée. Tourner lentement signifie plus de points et donc plus de détails. Simultanément, le scanner mémorise les coordonnées de l’image 3D. Cela permet de fusionner plusieurs numérisations de différentes perspectives. Les milliards de points de mesure fusionnés assurent une image extrêmement détaillée des espaces les plus complexes. Presque réel.

Un pour tout
Des agents de police et inspecteurs avec des casques jaunes ou des bottes en caoutchouc ou aux architectes avec des chaussures stylées : le scanner laser 3D s’utilise pour une variété de secteurs et d’applications. Les images détaillées sont utiles pour les reconstitutions de scènes de crime, l’entretien de réseaux de conduite de gaz et d’oléoducs complexes ou la rationalisation de processus de fabrication. La restauration de monuments ou les rénovations sont également plus faciles lorsque des images 3D précises sont disponibles. Tout le monde y trouve donc son compte.

Téléchargez la brochure du scanner laser 3D FARO Focus3D

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.



Blog

Toute l'actualité et les tendances de la métrologie industrielle et de la documentation 3D en français
Suivez-nous sur :

S’abonner au blog

Archives

Autres blogs FARO